accueil de réfugiés à Talence : un devoir de solidarité

Ce mercredi 5 octobre, nous apprenions que le Maire conviait les riverains du Château des arts à une réunion publique.  Malgré cette information tardive et timidement diffusée, plus de 400 personnes ont assisté à cette réunion en présence de M le Préfet sur l’accueil d’une cinquantaine de réfugiés dans l’ancien collège pour la période de l’hiver.

Si cette réunion se devait de répondre aux questions des habitants, on s’insurge contre certaines expressions de xénophobie et manoeuvres de quelques extrémistes qui ont jeté bas leur masque.

Vous trouverez ci-après la position de EELV qui fera l’objet de notre article dans la tribune du prochain numéro du journal municipal. 

Un devoir de solidarité

Plus d’1 million de femmes, d’hommes et d’enfants ont fuit leurs pays au péril de leur vie pour se réfugier en Europe. Parce que plus de 11 000 personnes ont péri en Méditerranée ces deux dernières années, et alors même qu’en ce moment des enfants meurent sous les bombes à Alep, des familles sont affamées, des opposants politiques assassinés en Syrie, au Soudan ou en Erythrée, nous avons un devoir d’humanité et de solidarité.

Parce que la France est une terre d’asile et de liberté, nous sommes fiers que notre ville participe à l’accueil de réfugiés. La France a été composée par différentes vagues de migrations. Cette mixité est une richesse et non un poids. Cependant au-delà du traitement humanitaire d’urgence, il faudra prendre la mesure au niveau national et mondial des crises climatiques et géopolitiques qui génèrent ces flux.

 

« Ce qu’il y a de plus horrible au monde, c’est la justice séparée de la charité »  écrivait François Mauriac. Parce que les bidonvilles sont une indignité,  le château des Arts, ancienne demeure de la belle famille de François Mauriac, permettra de loger ces réfugiés dans la dignité et de les accompagner dans leurs démarches.

Remonter