Réduire l’usage de la voiture en ville

Bordeaux Métropole a décidé de subventionner le développement du stationnement payant en prenant à sa charge la moitié du coût des horodateurs.

Présenté comme ça, personne ne pourra dédaigner une subvention de 25 000€, surtout si on croit que le stationnement payant va réduire le problème du stationnement .

On a vu que le stationnement payant ne supprime pas les voitures, mais les déplacent un peu plus loin, comme construire des routes supplémentaires ne résout que très temporairement le trafic qui va rapidement s’engorger à nouveau.

Au delà d’une politique à court terme guidée par un souci d’équilibre budgétaire, il est nécessaire de réfléchir à un projet d’urbanisme cohérent, pour prendre le problème dans son ensemble, le traiter sur le long terme et en accompagnant les usagers dans leurs changements de comportements…. sans quoi, c’est à vous qu’on fera le reproche d’une écologie punitive !

Il faut réduire l’usage de la voiture en ville.  Oui, mais dans ce cas, il faudra bien la stationner … et on entend le discours sur la chasse aux voitures ventouses , discours schizophrène alors qu’on encourage à ne pas utiliser sa voiture !

Il faut libérer la ville de la voiture et nous redonner un espace à vivre.

Pour réduire l’usage forcé de la voiture il faut créer des infrastructures et accompagner les habitants vers une nouvelle mobilité.

C’est à ça que doit s’activer la Métropole et Talence, c’est à ça que des lignes budgétaires doivent être allouées :

  • développer les transports en commun, accessibles pour tous, maillés et en correspondance
  • organiser des alternatives aux déplacements comme les horaires décalés, le télétravail, les tiers espaces, les pédibus …
  • encourager les mobilités douces et sécurisées ( pistes cyclables, zones 30 et partagées, maintien des commerces et services, …) le tout afin de rendre la ville agréable et de proximité.

Certes, ces actions ne sont pas toutes de la compétence directe du Maire. Si certaines proviennent d’une prise de conscience et de changement de comportement de chacun, les organisations et les infrastructures peuvent faciliter ces adaptations.

Puisque l’arrivée des horodateurs a réglé les problèmes de stationnement pour un temps, et que l’opération est déjà à l’équilibre, à en croire le bilan présenté il y a quelque temps par Mr Sallaberry, profitons des largesses de la Métropole pour avoir une vraie politique d’aménagement urbain et de déplacement durable.

On attend à ce sujet nos élus métropolitains pour la défense d’un plan vélo ambitieux, et pour sa réalisation effective au delà des effets d’annonce.

C’est là aussi qu’on verra si la politique urbaine de la commune se borne à des opérations immobilières et des calculs budgétaires, ou si on a réellement pour Talence l’ambition d’une ville agréable à vivre.

Notre intervention lors du Conseil Municipal du 21 nov 2016 suite à la délibération sur une subvention à l’extension des zones réglementées de stationnement sur voirie.

Voir aussi les récents articles concernant nos questions orales sur la pollution de l’air et le Plan vélo

Remonter