acrobranche dans le bois de Thouars : un accroc à la loi

Après avoir constaté l’installation dans le bois de Thouars d’un parcours acrobatique autorisé par le Maire contre notre avis, voici le courrier que Monique de Marco lui a adressé au nom des élus EELV.
 
Monsieur le Maire,
Lors du conseil municipal du 19 mars 2016, vous avez fait approuver l’installation d’une convention d’occupation du sol en vue de l’installation d’une activité de parcours acrobatiques en hauteur dans le bois de Thouars. La convention définissait des modalités d’occupation d’une partie des parcelles BK 12 et BL1 pour une superficie totale d’environ 19 403 m². Il est précisé dans la convention que «  l’occupant devra s’assurer de la compatibilité de son activité avec le boisement et ses installations ne devront en aucun cas compromettre la conservation et la protection du boisement. »
 
Il y a quelques jours, un chantier a été ouvert dans le bois de Thouars par la SARL ACRO–TRAMPOLINE domiciliée 16 rue Lasserre à Bordeaux et son gérant M Dorian ALOY pour procéder à l’installation d’un parcours acrobatiques en hauteur dit acrobranche.
 
Nous venons de constater que des arbres ont été coupés, que le chantier ne comporte aucun affichage et le permis d’aménager ne semble pas avoir été délivré.  Actuellement des perceuses sont utilisées pour implanter  de  nombreuses vis   (14 mm de diamètre 30 cm de longueur)  dans des troncs d’arbres existants en bonne santé dans une zone classé dans le PLU en EBC (espace boisé à conserver). Des photos sont à votre disposition.
Nous vous rappelons M le Maire que le classement en Espaces Boisés Classés (EBC) interdit les changements d’affectation ou les modes d’occupation du sol de nature à compromettre la conservation, la protection ou la création des boisements. Le non-respect des obligations imposées au titre d’un EBC ou d’une protection alternative est sanctionné par les articles L.610-1 et L. 480-4 du Code de l’urbanisme.
Pour toutes ces raisons, nous vous demandons M le Maire de dresser un procès verbal d’infraction et d’ordonner l’arrêt immédiat des travaux.